Université

 

J’ai croisé un soir dans le parc de l’université

Un inconnu plutôt sympa et bien monté

Nous avons un peu discuté puis il m’a baisée

Contre un pilier dans un jardin fréquenté

 

Son épine m’a plantée au milieu d’un rosier

J’ai saigné et il m’a grimpée de plus belle

Mon cri s’est sauvé dans le creux de sa main

Tandis que le désir me transportait au loin

 

Il s’est arrêté aussi vite qu’il avait commencé

S’est rhabillé sans me demander mon avis

M’a laissée frustrée et à moitié nue dans l’allée

Avant de disparaitre comme il était arrivé

 

Photographe : P.H Corine

Texte : Papillon