Commehierpourdemain

 

 

Je me suis réveillé sur hier,

Ta bouche encore sur ma peau

Qui respire mon désir à satisfaire

Aussi tendu que le mât d'un drapeau.

 

De tes soupirs à ton plaisir,

Aussi certains que des souvenirs

Et de ce qu'il reste à découvrir,

Je sonderai le moindre de tes désirs

 

Avec mes mains sur ton corps

Alors même que tu en doutes encore,

A la recherche de tes obscurs besoins :

Ceux que tu ne dis pas et qui brûlent au loin...

 

Texte : Papillon

Crédit photo : Corine Photo Graphiste