Brise-larmes

 

Je flotte sur des matins plus gris que les miens,

Qu’il fasse ivre ou beau, il pleut des chagrins,

Des jours futiles où il manque un peu de sommeil

Pour éclairer mes journées de baisers-soleil.

 

Avec peine, déguiser les maux de couleurs,

Vision d’arcs-en-ciel de tendresse et de douceur,

Les mener en bateau, il fait plus beau ailleurs,

Mais, sauvages, à quai sont restés tous mes malheurs.

 

Quand sur mes réveils des mots innocents se posent,

Pour étouffer au cœur des murmures moroses,

L’esquisse d’un sourire effleure les nuages,

Sous lesquels mes humeurs sont parties en voyage.

 

Papillon