2018-01-31_2

 

Je passe mes soirs

A écrire n’importe quoi

Des sourires tendus, des bas de soi

Des lunes en musique

Regarde-là

Ronde et charnue, elle plie sous le poids

De mes délires

De mes attentes qui n’en sont pas,

Désirs de moi, bêtise d’être là

Où le crayon s’énerve

Ça se voit

Il tourne en rond comme un son,

Le bagage est posé

Le papier, et puis un tire-bouchon

Manque à ma vie un bout de toi

Ton regard

Ton sourire

Et tes doigts

Quand tes yeux fermés ne regardent que moi,

Il y a l’hiver

Le printemps

Ta chemise sur les draps

Et puis ton corps endormi dans mes bras

 

Papillon